jeudi 20 octobre 2011

CISTERCIAN EUROPE ROUTE PLANNER





Title:

Cistercian Europe Route Planner 

Sub-title:

Spirit of the Site, Heritage, Catering


A preview, thanks to its author Bernard Peugniez.... the book cover and the first three extracts of this exceptional work which is soon to appear on the shelves. We thank him whole-heartedly for this moving gift, which is the fruit of several decades of passionate exploration!  

Back Cover:


About the Author


Bernard PEUGNIEZ was born in 1947. Former director of a medical and social association,
counsellor to the president of the European Charter of Cistercian abbeys and sites, he has published several works including the Route Planner of French Cistercian Abbeys (1994) and the Cistercian Route Planner (France, Belgium, Switzerland and Luxembourg), both now out of print.


This new work is a reference guide for all the Cistercian abbeys throughout Europe.

For each reference, you will find:

-useful contacts (address, telephone number, internet link)

-hotel and gastronomical resources linked to the site itself

-a brief history and description of the site (architecture, news, events...)

-and above all the author’s uniquely passionate and personal touch.


*A colossal work, the fruit of 40 years of pilgrimages and fidelity to the Cistercian order.

*Reference to 2200 sites, 115 detailed maps of regions or geographical locations.

*A superbly rich iconography



Introductory Page:

THE LOIRE REGION

Poets have long celebrated these provinces for the magnificent castles adorning their riverbanks, as well as for their remarkable landscapes. With its mild climate and fertile soil, this most beautiful of regions has become the garden of France.

Well-known and lesser-known monuments blend into a woodland scenery rich in history. The churches and abbeys that constellate the soil of these lands exude authenticity and truth. The white and ochre chalk, schist and flat tiles have produced a varied architecture of exceptional quality. Whether it is Fontevraud, the city with five monasteries, or the tiniest of country churches, these artistic creations share elegance, balanced volumes and attention to detail. Airiness and soft light accompany the finishing touches, sparking an aesthetic emotion which is more than admiration – you bask in breathtaking beauty…!


The settings chosen for the construction of the Cistercian abbeys are striking, and even more so here than elsewhere. All of them were built in places where, to this very day, solitude and silence reign supreme. Water always plays a part. Ponds, streams and wells contribute to the charm of these venerable sites: Fontaine Daniel, La Boissière, Le Loroux, Bellebranche, Perseigne, Champagne, Trizay ... and also L'Épau or Clairmont, both remarkable for their harmonious settings, albeit unequally exploited. The former, more elegant, attracts more visitors: the latter, more austere and wild, is nonetheless beautiful and mysterious. As for Melleray, set amidst woods and ponds, sheltering behind high stone walls, its peaceful setting hides the secret of its monastic life; for there is indeed a secret there. May that secret be divulged to all those who have yet to find enlightenment, if they are indeed seeking it!   


Notice dedicated to Trizay in the Vendée:

TRIZAY (STE-MARIE-DU-GUÉ)

St Vincent-Puymaufrais, 18 km north of Luçon

Private property.

Contact : Abbaye de Trizay F-85480 St-Vincent-Puymaufrais

Tel. 02 ++ ++ ++ ++/06 ++ ++ ++ ++
patrickcottencin(at)gmail.com






Open to the public on Heritage Days and by appointment. Workshops and courses available (sculpture, painting). Paintings, photographs and books on sale.


The Pontigny Line.

Trizay was founded in around 1137 by Hervé de Mareuil, on the banks of the river Lay. The site is that of a ford, hence the name S.M.Vado’. In 1156, the abbott John joined Isaac de l'Etoile to found what was to become Notre Dame des Châteliers on the Île de Ré. In 1568, the abbey, captured and set on fire, was never to rise from the ashes. In spite of the extent of its properties (barns, farm land, mills, rents and tithes, hotels) spread out over 18 villages, its income was insufficient and the indifference of the commendatory abbots prevented proper restoration, which did not begin until around 1765 but was never to be completed. When the revolution came, there were only 5 monks left to be dispersed.

Many of the buildings have vanished. Those that remain, with the exception of the convent wing and the church choir, have lost their original height. Nevertheless, what remains is still imposing. The abbey church, which has been used as a barn for a long time – the monks themselves had already installed a press, cellar and wheat granary! - is pierced by huge openings with pointed arches. Its facade is shored up by two buttresses surrounding the doorway, which has a pointed arch but no tympanum. The arms of the transept have disappeared, while the flat apse is supported by two buttresses. Unfortunately, it is crumbling and its bases are breaking away. All that remains of the monks’ wing are the external walls, where the chapter house, protected by a tile roof, can be made out. The living quarters occupy the south wing (the warming house, kitchen and refectory). The remains of a burial flagstone are visible there, as well as a column and a capital (13th century). The cloister has vanished, but the site of the well has been preserved.

Since 2008, Trizay’s situation has changed significantly. New owners have decided to restore the abbey to the inhabitants of the Vendée.  They have made it their main home and Patrick Cottencin has set up his workshop there. This sculptor and painter has more than one trick up his sleeve and is working to bring the abbey back to life and open it to the public so that it may unite all those who enter its precincts and strengthen them in body and mind. Cistercian spirituality has always combined two accomplices: shadow and light. If there are any dark corners in the grand design for bringing the site and its environment back to life, they are countered by light flooding in to give credence to the fragile equilibrium. There are, of course, Patrick’s oil paintings to illuminate the church and halls of the abode. Then there is Diane, passionate about art and history, to support the venture. Trizay will be saved thanks to their complicity, over which the only shadows that are cast are their own! One day you may come across their all terrain vehicle, a former British army ambulance, decorated with illuminated initials from monastic manuscripts. It would be difficult not to recognize this special vehicle which will soon set off to hunt down Cistercian abbeys lost in the vast wildernesses of Europe. It is, in a way, the indispensible ally for the next edition of the Route Planner.

Translation: lot of thanks to SUSAN KERSHAW.



..................................................................................................................................................................

 




 During the European Heritage Days at the abbey of Trizay ( France), we have for the first time presented the Project , "ONE PAINTING ONE STONE ".
Each oil painting you buy will be usefull to restore step by step the abbey. Because she shelters and inspires the artist, the artist dedicates his art to her.

This artist is Patrick Cottencin, born in 1953 in France, a native of the Poitou region, who lives and works in this abbey in the Vendee, the abbey of Our Lady of Trizay. He has been painting and sculpting for thirty years. In harmony with nature, by flowing water, he attunes to the seasons. No longer tied down to any particular gallery because he now has his own exhibition space, he chooses to make his art highly accessible. 

Oil paintings
20x20 cm: 170 euros
33x24cm: 280 euros
50x50cm: 800 euros
195x114cm:1900 euros
195x130cm:2100 euros
200x200cm: 3490 euros
240x200cm: 3900 euros
240x240cm: 4490 euros

We do believe that  miracles exist. Synergy and faith.
We all together can make this dream come true. 


1986 Salon des Indépendants, Grand Palais, Paris An order by the painter Joe Downing for his bust.

1987 Town Hall of the 4th “arrondissement” (district) of Paris – Abbaye Royale (Royal Abbey) of Moncel - Realisation of sculptures for the Comédie de Paris - Paris Country Club - Archived under the Direction of Cultural Affairs for the City of Paris, Bibliothèque Historique
- 2nd Grand Prize for Sculpture, Deauville International Competition -
1st departmental prize for the Grand Prix de France for Plastic Arts French Institute, Kérazan Manor..

1988-1989-1995 Acquisitions by the Élysée Protocole and the President of the French Republic.


.
1988-1989 Critical Figuration, Grand Palais, Paris

.
1988 Centre for International Encounters, 16th district of Paris – Medal for Contemporary Expression "St. John’s Chapel" – Sculpture Prize, Violet Salon, Town Hall of 4th district of Paris – Selected by “Critical Figuration” for the Gallery of Fine Arts in Bordeaux.

1989-1997 Airports of Paris Art Gallery.

1989 Salon of Salons, Versailles – Réalités Nouvelles (New Realities), Grand Palais, Paris – Trophy for the first International Festival of The Artistic Cabaret - Sculpture for the hospital of Myrose, in India.

1991 The Patrick Gaultier Gallery, Quimper.

1992 Enicole Art Space, with the support of the town of Brest.

1994 Palais des Congrès in Paris.

1995 The Robin-Léadouze Gallery, Paris and Cannes - Kérylos Villa, French Institute.

1996 Maisons-Alfort, Municipal Salon.

1997 Personal exhibition at Saint-Moritz in Switzerald – Personal exhibition at the Tonino Gallery at Campion d'Italia, Lucarno.

1998 Order for a public monument.

2000 Realisation and inauguration of “ Les Quatre Braves” (“The Four Brave Men”), a commemorative monument in Normandy, which was selected as one of the most beautiful monuments in Normandy by the editor Allan Sutton in 2005 for the collection Passé Simple, in his work La Manche, memorials of the  Second World War  -  
Guest of honour at the Maisons-Alfort Salon of painting and sculpture.

2001 à 2003 Personal exhibitions at various galleries.

2004 “Les Chevalets du Chapitre” (Chapter House Easels) Painting Prize -  
“Small Formats” at the Faubourg Saint-Honoré Gallery.

2005 Archived at the Saint-Maur Artothèque (art library) – Private exhibition at Saint-Martin de Ré – Invited to speak to a fourth form class in his capacity as an artist painter at the Val de Marne Departmental Festival for the Protection of Water.
 
2006 Prize for Painting from the 14th Gathering of Painters ad Sculptors of Champignol – Open Days at the Saint-Maur Workshop – Selected for the CRAC (art exhibition) at Champigny.

2007 Monumental canvasses for the Annual Sale at Saint-Maur Town Hall - Champigny Festival of Ephemeral Art - Exhibition “The Age of Discretion” at Saint-Maur Artothèque.

2008 “ L’Art au Carré” (Art Squared), thirty canvasses of which fifteen monumental ones at La Varenne Saint-Hilaire – Exhibition “Movements” with dance and music at the Art Workshops at the town of Saint Maur, consisting of around a hundred canvasses of which thirty are monumental formats – Personal exhibition of oil on canvas at the Air France Social Headquarters – Exhibition of painting at the European Heritage Days at the abbey of Notre-Dame de Trizay, in the Vendee – Open Day Workshops at Saint Maur – Painting Exhibition “Fantasia della Natura” (Nature’s Fantasy) at the Ormesson Cultural Space, consisting of around a hundred canvasses including thirty monumental ones, created for the occasion, in partnership with choreographies, a classical music concert and conferences.

2009 Exhibition of monumental and small formats for Heritage Days at the abbey of Notre-Dame de Trizay - TV coverage by Grégoire de Châtillon and Grégoire Fort of Vendee TV.
 
2010 Exhibition of painting and sculpture at the first Dîner en blanc vendéen (Dinner in White in the Vendee), at the Château of Terre Neuve, Fontenay le Comte - Personal homage to Joe Downing (photographs and sculptures presented to the public for the first time, in partnership with the great exhibition of the Unterlinden Museum in Colmar) - Photographic coverage by Gérard Simonnet and montage by Stéphane Morvan.

2011 First stages in a project called "Pupilles et Papilles" (Pupils of the Eye and Taste-buds) marrying painting and culinary tradition at the abbey of Notre-Dame de Trizay - First steps in a partnership with a (registered) art workshop called "Ainsi chante la terre" (song of the earth) combining Patrick Cottencin’s oil paintings with a passion for ancient and modern varieties of organic vegetables -  Personal exhibition of paintings for the second Dinner in White in the Vendee – An outing has been planned following Bernard Peugniez’s Route Planner of Cistercian Europe, sub-titled Esprit des lieux, Patrimoine et Hôtellerie (Spirit of the Site, Heritage and Catering) presenting notably the Abbey of Notre-Dame de Trizay in the Vendee and its resident artist.




II) Links for TV reports:

III)    Telephone:  06 72 43 71 04
          e-mail        :  patrickcottencin(at)gmail.com

           
blog site    :  cottencin.com
                               
cottencin.blogspot.com



mercredi 5 octobre 2011

LE GUIDE ROUTIER DE L EUROPE CISTERCIENNE


En avant première, grâce à Bernard Peugniez son auteur...la couverture et les  trois premiers extraits de cet ouvrage exceptionnel dont la parution est imminente. Nous le remercions vivement pour cet émouvant cadeau, fruit de plusieurs décennies d'exploration passionnée!

Quatrième de couverture:

L'auteur
Bernard PEUGNIEZ est né en 1947. Ancien directeur d'association du secteur médico-social, conseiller auprès du président de la Charte européenne des abbayes et sites cisterciens, il a publié plusieurs ouvrages dont le Routier des abbayes cisterciennes de France (1994) et le Routier cistercien (France, Belgique, Suisse et Luxembourg), aujourd'hui épuisés.

Ce guide référence l'ensemble des abbayes cisterciennes à travers toute l'Europe.
Pour chaque notice, on retrouve:
-les contacts utiles (adresse, téléphone, lien internet)
-les ressources hôtelières et gastronomiques liées au site lui-même
-un bref historique et un descriptif des lieux (architecture, actualité, animation...)
-et surtout l'approche personnelle et le regard passionné de l'auteur

*Ouvrage colossal, fruit de 40 années de pérégrination et de fidélité à Cîteaux
*2200 sites référencés, 115 cartes détaillées par région ou entité géographique
*Très riche iconographie


Page introductive:
PAYS DE LOIRE




Ces provinces ont été célébrées par les poètes pour leurs rivières dont les berges sont peuplées de magnifiques châteaux, ainsi que pour leurs sites remarquables. La douceur du climat et la fertilité du sol en ont fait le plus beau jardin de France.

Aussi, les monuments connus et méconnus s'intègrent ici dans une campagne bocagère riche d'histoire. Les églises et les abbayes qui constellent le sol de ce pays sont pleines d'authenticité et de vérité. Le tuffeau blanc et ocré, le schiste, la tuile plate ont produit une architecture diversifiée, d'une qualité exceptionnelle. Que ce soit Fontevraud, la cité aux cinq monastères, que ce soit la plus petite église de campagne, ces créations artistiques ont en commun leur élégance, l'équilibre des volumes et la finition des détails. Un air léger et une tendre lumière accompagnent cette finition pour déclencher l'émotion esthétique… Non seulement on admire, mais en plus on savoure…!

Le cadre choisi pour édifier les abbayes cisterciennes est, ici plus qu'ailleurs, très frappant. Toutes furent construites en des endroits où règnent, aujourd'hui encore, solitude et silence. L'eau n'y manque pas. Étangs, ruisseaux et puits contribuent au charme de ces sites vénérables : Fontaine Daniel, La Boissière, Le Loroux, Bellebranche, Perseigne, Champagne, Trizay   ... et encore L'Épau ou Clairmont, qui gardent, toutes deux, des ensembles remarquables, quoique inégalement mis en valeur. La première est plus élégante et plus visitée, la seconde plus austère et plus sauvage, ce qui ne veut pas dire moins belle et mystérieuse. Quant à Melleray, au milieu des bois et des étangs, derrière de hauts murs de pierre, elle dissimule paisiblement le secret de sa vie monastique ; car il y a là, véritablement, un secret. Que ce secret reste à dire à ceux-là pour qui tout reste à trouver, si toutefois ils cherchent !





Notice consacrée à Trizay en Vendée:
TRIZAY (STE-MARIE-DU-GUÉ)
St Vincent-Puymaufrais, 18 km N.Luçon
Propriété privée.
Contact : Abbaye de Trizay F-85480 St-Vincent-Puymaufrais
Tel. 02 ++ ++ ++ ++/06 ++ ++ ++ ++
Ouvert au public lors des Journées du patrimoine et sur rendez-vous. Ateliers et stages (sculpture, peinture). Peintures, photographies et livres en vente.

Ligne Pontigny.
Trizay fut fondée vers 1137 par Hervé de Mareuil, au bord du Lay. Le site est celui d'un gué, d'où le nom de ‘S.M.de Vado’. En 1156, l'abbé Jean s'unit à Isaac de l'Etoile pour fonder dans l'île de Ré, ce sera N.D.des Châteliers. En 1568, l'abbaye, prise et incendiée, ne devait jamais se relever. Malgré l’étendue de ses propriétés (granges, métairies, moulins, rentes et terrages, hôtels) répartis sur 18 villages, ses revenus étaient insuffisants et l'indifférence des abbés commendataires empêcha une restauration efficace qui commencera finalement vers 1765 mais ne sera jamais achevée. La Révolution n'eut plus que 5 moines à disperser.
Un grand nombre de bâtiments a disparu. Ceux qui restent, à l’exception de l’aile conventuelle et du chœur de l’église, ont perdu de leur hauteur d’origine. Pourtant, l’ensemble subsistant demeure imposant. L'église abbatiale, qui a longtemps servi de grange - les moines y avaient déjà installé pressoir, cellier et grenier à blé ! -, est percée de grandes baies en arc brisé. Sa façade est épaulée par deux contreforts entourant la porte en arc brisé sans tympan. Les croisillons du transept ont disparu, le chevet plat est appuyé par deux contreforts. Malheureusement, il s'effrite et voit ses assises se desceller. L’aile des moines ne possède plus que les murs extérieurs, on y reconnaît la salle capitulaire protégée par un toit de tuiles. L’habitation occupe l’aile sud (chauffoir, cuisine, réfectoire). On peut y voir les restes d'une dalle funéraire, ainsi qu'une colonne et un chapiteau (13e s.). Le cloître a disparu, cependant l'emplacement du puits est respecté.
Depuis 2008, la situation de Trizay a changé significativement. De nouveaux propriétaires ont décidé de rendre Trizay aux Vendéens. Ils en ont fait leur résidence principale et Patrick Cottencin y a installé son atelier. Ce sculpteur et peintre a plus d’une idée dans sa besace et œuvre pour une vie nouvelle de l’abbaye qu’il veut ouvrir largement. Que ce lieu ressource et fédère les êtres et les esprits. La spiritualité cistercienne a toujours intégré deux complices, l’ombre et la lumière. S’il y a des ombres au tableau pour revitaliser le site et l’environnement, en contrepartie des lumières viennent apporter du crédit à cet équilibre fragile. Il y a, bien sûr, les huiles de Patrick qui illuminent l’église et les salles de la demeure, il y a aussi Diane, passionnée d’art et d’histoire, qui épaule l’aventure. Trizay sera sauvée grâce à cette complicité sans ombre, sauf celle d’eux-mêmes ! Vous rencontrerez peut-être un jour leur véhicule tout terrain, ancienne ambulance de l’armée britannique, décoré de lettrines enluminées de manuscrits monastiques. Difficile de ne pas reconnaître ce véhicule spécial qui partira bientôt à la chasse des abbayes cisterciennes perdues au fond des solitudes de l’immense Europe. En quelque sorte l’allié indispensable du Routier pour la prochaine édition.

lundi 19 septembre 2011

JOURNEES DU PATRIMOINE 2011 A TRIZAY


Page en cours de construction

 
Le plaisir encore de retrouver d'anciens visiteurs et d'en rencontrer de nouveaux, rêver ensemble à ce que fut l'abbaye et à ce que nous pouvons y vivre maintenant, et par la suite.

 Préparatifs pour accueillir les visiteurs
Nos amis sont venus pour aider










les premiers visiteurs

Le plaisir de retrouver nos fidèles appuis du Lycée Atlantique de Luçon: Emilie Potereau qui a assuré cette année à nouveau des visites ce dimanche, Olivier qui ne pouvant être présent nous a soutenus par des liens précieux, Célia qui a su lancer la relève par un appel sur Facebook auprès des étudiants de BTS Tourisme, de nouvelles collaboratrices: Méline et Caroline,  nos amies, de L'Heure du Conte: Claudie Auché, toutes celles qui par leur présence et leur bon sens permettent à ces Journées de bien fonctionner, Stéphanie, Brigitte, Geneviève, merci de ce temps cadeau y compris sous la pluie!

 Le cercle de rotin a servi à accueillir les auditeurs des conférences sur "L'exotisme au XVIIIè siècle" et "Le dernier moine de l'abbaye de Trizay, un curieux voyageur" .


conférence sur l'exotisme et le dernier moine 
voyageur Dom Lerouge par Diane Debaileux

L'appui sur le terrain de Monsieur Colin, adjoint au Maire et du responsable des Services techniques de Bournezeau pour le balisage des itinéraires.


Vos demandes joyeuses aussi, comme celle d'un marché de Noël à l'abbaye de Trizay, nous voilà partis sur les illuminations et le vin chaud parfumé d'épices et de cannelle, le miel, les gâteaux, des peintures et peut-être des émaux. 

La joie à venir de cette grande cuisine du rez de chaussée maintenant que la surface d'origine a été restituée...


Des toiles imposantes et d'un format peu courant (2m40x2m40 pour la peinture carrée) attendaient aussi les visiteurs pour illustrer le thème 2011 des  Journées du Patrimoine : "Le voyage du Patrimoine".
Le contenu de la bibliothèque de Trizay tel qu'il nous est parvenu par l'inventaire de 1790- prélude à sa dispersion et à celle des moines- est une invitation au voyage, avec les Essais aérostatiques des frères Montgolfier édité en 1785 et dernier ouvrage acquis par l'abbé.On y trouvait des livres sur la Turquie, l'Amérique, les Canaries...
Les écrits de Dom Lerouge témoignent eux-mêmes de ses voyages : après une bonne connaissance et observation de son quotidien vendéen, il éprouve le besoin d'agrandir son horizon en homme du siècle des Lumières. Fontenay le Comte, Paris, la Rochelle autant de lieux d'édition différents entre 1773 et 1785 pour un périple qui le fait aller à Nantes, Bordeaux, Bagnères de Bigorre et Barèges, puis se fixer à Paris, dernière adresse connue, avant de nouvelles découvertes...




Patrick Cottencin avait installé les premières toiles qu'il avait réalisées dans l'église de Trizay en 2008 et au centre la peinture librement inspirée d'une soierie chinoise ancienne.





Patrick Cottencin s'est aussi porté mécène de l'abbaye Notre-Dame de Trizay en acceptant de vendre pour un prix symbolique une dizaine de petits formats en  peinture à l'huile.

L'aventure continue : "Ils sont revenus" après les Journées du Patrimoine, guidés par la voix de leur coeur, distribuant joie et élan, ils aident et ils aiment ...
Ainsi avant l'hiver nous préparons église et partie conventuelle dans le respect et le beauté de l'instant et pour les années à venir.
L'abbaye Notre-Dame de Trizay donc dédiée à Marie, nous porte, nous réunit et nous accompagne.
Nous remercions Monique, Philippe, Jean-Luc piliers de nos amis, Annette et Jeannot, Jean-Louis, et tous ceux qui viennent partager spontanément,  toutes ces belles rencontres.
Nous avançons joyeux et reconnaissants. 
PC

dimanche 3 juillet 2011

Journees du patrimoine 2011




Nous nous retrouverons pour les Journées du Patrimoine 2011 
"Le voyage du Patrimoine" 
samedi 17 et dimanche 18 septembre 
de 14 heures à 17 heures:  
Tarif : 3 euros 

Visites guidées des extérieurs et partie haute de l'église 14h, 16h et 17h samedi et dimanche.
Exposition de peintures à l'huile

Conférences 
samedi 15h : 
"Le dernier moine de l'abbaye, 
un curieux voyageur"

dimanche 15h :
" L'exotisme au XVIIIè siècle" 


Trizay se trouve à égale distance de Bournezeau et  de Sainte Hermine, à Saint Vincent Puymaufrais, Après quelques kilomètres sur la D 948 suivre la direction de Saint Vincent Puymaufrais, le panneau des monuments historiques sur la D52E indiquera que vous êtes bien arrivés!

L'abbaye de Trizay est une ancienne abbaye cistercienne encore peu connue, très récemment réouverte au public pour les Journées, lieu que nous aimons de tout coeur et qui mérite un engagement sur plusieurs générations
sans aucun doute. 
Nous ne sommes qu'au début de cette aventure avec des moyens modestes, l'énergie de l'amitié et heureux de partager avec des passionnés. 

Pour visualiser ou en savoir davantage cliquer à droite sur les pages 
"Histoire de Trizay" 
et "Trizay il y a cent ans"

mardi 5 avril 2011

Nucléaire

Le cri de colère de l'écologiste Michel Bernard fait le tour de la toile, nous le relayons aussi.


Je suis en colère parce que l'accident de Tchernobyl n'a pas servi de leçon. Et que l'on continue à entendre et lire les mêmes mensonges sur le nucléaire dans les médias.

Je suis en colère quand j’entends à la radio, un haut responsable du nucléaire français nous dire qu’on ne peut remettre en cause le nucléaire : "personne n’a envie de revenir à la bougie". Que je sache, dans les pays européens qui n’ont pas de centrales nucléaires (Autriche, Danemark, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Portugal…), y-en-t-il où l’on s’éclaire à la bougie ? Il n’y a que 441 réacteurs nucléaires dans le monde (dont 58 en France, 55 au Japon)… dans seulement 31 pays, tous les autres pays s’en passent.

Je suis en colère quand en 1979, après l’accident nucléaire de Three-Mile Island, on nous a dit que c’était parce que les Américains étaient moins forts que nous ; quand en 1986, après l’accident de Tchernobyl, on nous a dit que les Russes étaient moins forts que nous… et que je lis aujourd’hui que les Japonais sont moins forts que nous… De qui se moque-t-on ?

Je suis en colère quand on me dit que l’on peut continuer à exploiter encore des vieux réacteurs comme Fessenheim en Alsace (qui a trente ans) parce que "plus il est vieux, mieux on connaît un réacteur". Ce n’est pas parce que vous connaissez bien les défauts de votre vieille voiture qu’elle tombe moins souvent en panne et moins gravement. (Le réacteur Fukushima-Daiichi 1, qui vient d’exploser avait 40 ans et a été autorisé à continuer de fonctionner pour dix ans en février 2011 !).

Je suis en colère quand on nous dit que l’on ne peut se passer du nucléaire en France, parce que cette énergie fournit près de 80 % de notre électricité. C’est oublier que l’électricité n’est pas la principale source d’énergie (c’est le pétrole) et que le nucléaire ne représente que 17 % de notre énergie. Si l’on voulait s’arrêter, on pourrait s’appuyer sur une solidarité au niveau de l’Europe : là, le nucléaire ne représente que 35 % de l’électricité et seulement 9 % de l’énergie ! Il suffirait donc d’économiser 9 % pour s’en passer !

Je suis en colère parce qu’au nom de la défense de la croissance économique, les programmes énergétiques français ou européens, négligent toujours plus ou moins le potentiel des économies d’énergies, préférant la surconsommation, éventuellement alimentée par le recours aux énergies renouvelables. Or l’énergie la plus propre reste celle que l’on ne consomme pas. En adoptant les meilleures techniques disponibles et en évitant les comportements énergivores, nous pourrions diviser par 4 notre consommation en une vingtaine d’années.

Je suis en colère parce que les discours économiques nous polluent : on nous dit qu’arrêter un réacteur nucléaire, ce serait de l’argent gaspillé… mais les 1000 milliards d’euros déjà dépensés en 25 ans pour la gestion de la catastrophe de Tchernobyl (et c’est loin d’être terminé), ce n’est pas un gaspillage encore plus grand ? Mille milliards d’euros, c’est sensiblement le coût qu’il a fallu dépenser pour construire l’ensemble des 441 réacteurs actuellement en fonctionnement.

Je suis en colère parce que je sais que l’on peut arrêter relativement rapidement le programme nucléaire français, qu’il existe de multiples scénarios de sortie sur le sujet (de 2 à 30 ans selon les efforts qu’on veut bien consentir).

Je suis en colère quand j’entends mon gendre, 25 ans, ingénieur dans le photovoltaïque, me dire qu’il cherche un nouveau travail car la profession est sinistrée suite aux récentes décisions du gouvernement.

Je suis en colère quand mon fils, 20 ans, me dit : "à quoi ça sert de faire des études si dans cinq ans on a tous un cancer" (et il ne pense pas qu’au nucléaire, mais aussi à la pollution atmosphérique, aux pesticides…).

Alors j’agis, je me suis investi depuis une trentaine d’années dans les médias écologistes pour faire circuler une information moins déloyale et j’incite les journalistes et les lecteurs à prendre le temps d’eux aussi chercher où est la vérité. Comment peut-on encore minorer l’importance de la pollution radioactive au Japon alors que les images sur internet nous montrent les réacteurs en flammes ?

Alors j’agis et je m’engage dans l’une des 875 associations qui animent le réseau Sortir du nucléaire pour demander à nos élus de faire pression pour un changement de politique dans le domaine de l’énergie.

Alors j’agis au niveau local en rejoignant les nombreux groupes locaux qui travaillent à des plans de descente énergétique qui nous permettront de diminuer la menace nucléaire, mais aussi notre dépendance à un pétrole qui va être de plus en plus rare. Alors j’agis car aujourd’hui si le lobby nucléaire arrive à manipuler élus et médias, c’est parce que nous ne nous indignons pas assez !

mercredi 2 février 2011

Naissance d'un Potager

                                                                    
                                                        choisir les emplacements

                                        tracer un demi cercle à gauche puis à droite
vue depuis l'atelier de peinture

Passer à l'action:
A l'entrée de Trizay, plein Ouest deux demi-cercles de part et d'autre de l'entrée, à l'avant du bâtiment

A l'arrière, façade Est, un cercle complet de 26 m de diamètre, puis trois autres de 16 m chacun, en attendant le quatrième
pour terminer la symétrie.

Voilà tracés les contours du potager mêlé de fleurs. Beaucoup de travail en vue mais aussi bien du bonheur!

Pour être pris dans les bras des cercles
Empreintes de géants
Sourire de l'ange

Rencontre des étudiants BTS Protection de l'Environnement à la projection de Severn de Jean-Paul Jaud au Cinéma Le Concorde puis au lycée Nature de La Roche sur Yon lors de la réunion Terre de Liens : une synergie prometteuse.

Le temps pour nous de faire le point sur les espèces sauvages repérées autour de l'abbaye: consoude et iris jaunes près de la rivière, chicorée sauvage en amont, et les plantes que  nous souhaitons voir pousser en harmonie avec le lieu, et les unes avec les autres. Demain, nous plantons l'ail violet, première étape du potager. Tout se mêle: les habitudes transmises par nos grands parents, les blancs d'ignorance un peu comblés par les lectures , les conseils d'amis expérimentés et les premières observations personnelles.

Nous continuons de dynamiser l'eau selon la méthode reprise de Monsieur Violet, quel évènement!

Le compostage se précise lui aussi.

Pour nos petits jardinages hors du potager, nous avons des alliées pour combler les trous de plantation : la terre brassée et aérée par les taupes, légère, parfaite, elle facilite la tâche! Comme nous ne sommes pas sur un green anglais, nous nous précipitons sur ces monticules bénis. Les premières jacinthes viennent d'être ainsi plantées, en farandoles bleues, rose clair et vif, blanches et violettes. Dans nos projets: farandoles de sentoline et d'hélichrise autour des pommiers, et pour rêver et faire rêver, des prairies en fleurs, et point d'orgue: des champs d'iris...

Demain 1er mars: semis imminents! Chicon de Vendée, bourrache, livèche, cerfeuil, sauge sclarée, belle de nuit, fenouil bronze ( quelle beauté et senteur et goût!) , agastache, camomille...